Historique

À l’origine de Je Passe Partout…

L’origine de Je Passe Partout remonte à l’époque de la création de la table de concertation Jeunesse Hochelaga-Maisonneuve lors de
l’année internationale de la Jeunesse en 1985.

L’ampleur croissante des problèmes psychosociaux chez les jeunes du quartier Hochelaga-Maisonneuve et la reconnaissance du lien indéfectible entre nombre de ces problèmes et le phénomène de la pauvreté ont amené plusieurs organismes du quartier à voir la nécessité d’une concertation et d’une planification de l’intervention sociale dans Hochelaga-Maisonneuve. Cette volonté de mener une action concertée s’est concrétisée, en janvier 1985, par la création de Concertation Jeunesse Hochelaga-Maisonneuve.

Aider les enfants à « Passer Partout »

La table concertation Jeunesse Hochelaga-Maisonneuve inc. présentait à l’automne 1987, son projet de prévention du décrochage scolaire au Conseil de la Santé et des Services Sociaux de la région de Montréal Métropolitain (CSSSRMM). Leur réponse fut rapide et très positive et à l’hiver 1988 le projet visant à aider les enfants à «Passer Partout» put démarrer. Jusqu’en 1992, un comité mandaté par la table de concertation gérait le projet. En 1991, la table de concertation Jeunesse Hochelaga-Maisonneuve mandatait un comité promoteur pour que le projet fasse la demande de ses lettres patentes, et en 1992 il devint un organisme communautaire à but non lucratif incorporé sous la loi des compagnies sous l’appellation : « JE PASSE PARTOUT SERVICES DE SOUTIEN SCOLAIRE ET D’INTERVENTION FAMILIALE ».

Prévention du décrochage scolaire

Très rapidement, Concertation Jeunesse Hochelaga-Maisonneuve s’est engagée dans un travail de synthèse et d’analyse des données socio-économiques disponibles en vue de tracer un portrait de la situation des jeunes du quartier et de dégager des priorités d’action. Ce travail a amené les membres de la table de concertation à décider de concentrer leurs premiers efforts sur l’élaboration d’un projet de prévention du décrochage scolaire.

Plusieurs éléments expliquent la priorité accordée à ce dossier :

  1. L’importance du phénomène de la sous-scolarisation chez les jeunes du quartier : près de la moitié de la population des 15-24 ans ne détient pas de diplôme d’études secondaires; par ailleurs, on estime à 15 % le taux d’abandon scolaire et on constate que les jeunes décrochent de plus en plus tôt, dès le secondaire I ou II.
  2. La reconnaissance de la sous-scolarisation comme un facteur critique dans le cycle de la pauvreté.
  3. Les résultats encourageants obtenus lors de la mise en œuvre d’un projet similaire quelques années auparavant et l’expertise acquise à cette occasion par la représentante d’un des organismes membres de la table de concertation.

En 2017-2018…

Depuis sa création, Je Passe Partout s’est grandement développé. Avec ses 10 points de service, il rejoint annuellement plus de 600 élèves âgés de 5 à 14 ans et leurs parents. Il est composé d’une équipe de plus de 60 employés.

La qualité d’intervention et l’humanisme de l’organisme ont été reconnus dès 1988 par Centraide du Grand Montréal qui lui décerne alors le prix Agnes-C.- Higgins, prix remis à l’organisme le plus innovateur dans la réponse aux besoins sociaux de sa communauté. Depuis, d’autres Prix et reconnaissances se sont ajoutés et nous ont encouragés à développer nos services afin de répondre aux besoins des enfants et des familles.

Haut